Nous contacter

Outils en ligne

L’APIRJSO met à votre disposition plusieurs outils en ligne en lien avec la surdité:

La Surdité

 

 

Vous recherchez une information exhaustive, neutre et objective en lien avec la surdité en région Centre?

Le Centre d’Action et d’Information sur la Surdité (C.A.I.S.) vous apporte une réponse adaptée à vos besoins :

Un accueil de proximité (permanences départementales);

Un fond documentaire sur la surdité;

Une information et des conseils sur les aides techniques sur la surdité;

Des actions de sensibilisation;

Un accompagnement personnalisé (présence d’un médiateur social, d’une assistante sociale, d’un psychologue);

Des adresses utiles des partenaires;

Un relais d’informations, d’événements culturels et de manifestations.

 

Pour retrouver le site du C.A.I.S.:    b_follow

 

CAISignes

CAISignes

Afin d’initier la rencontre avec une personne sourde ou malentendante, le Centre d’Action et d’Information sur la Surdité (C.A.I.S.) a élaboré le CAISignes.

Vous retrouverez en parcourant le CAISignes les mots d’usage, autrement dit les premiers signes permettant de rentrer en communication avec des personnes sourdes ou malentendantes.

 

A destination de tout public, le CAISignes est disponible au C.A.I.S. ainsi qu’en téléchargement.

 

A venir ! Le tome 2 du CAISignes sur le thème de la santé.


 

Répertoire des acteurs accessibles aux personnes sourdes ou malentendantes

couv_repertoire

 

 

Afin de rendre l’information accessible au plus grand nombre et de favoriser la coordination entre professionnels, le C.A.I.S. a choisi d’élaborer un outil permettant d’avoir une vision globale des ressources existantes sur le territoire dans le domaine de la surdité.

 

Parallèlement, vous y trouverez un glossaire des mots d’usage permettant une meilleure compréhension des sigles couramment utilisés dans le secteur. Ce répertoire se veut être un outil collaboratif où la contribution de chacun permettra d’actualiser en permanence ce support de communication.

 


 

Le Handicap Rare

Le handicap rare : une définition

Le handicap rare est la conséquence d’une association rare et simultanée de déficits sensoriels, moteurs, cognitifs, ou de troubles psychiques. Les handicaps associés à la surdité peuvent être de quatre ordres : mental, psychique, moteur ou visuel.

1 déficience +1 déficience = handicap x 6

La combinaison particulière de déficiences génère une situation complexe qui exige aussi de tester et inventer sans cesse de nouvelles modalités de prise en charge.

 

Le schéma national sur les handicaps rares

Sur la période 2009-2013, le premier schéma national sur les handicaps rares a permis d’avancer sur la structuration territoriale et la mise en place de dispositifs ressources (7 projets interrégionaux, 4 centres nationaux de ressources).

S’inscrivant dans la continuité du premier, le second schéma (2014-2018) s’articule autour de quatre objectifs stratégiques permettant de répondre aux enjeux suivants :

  • L’amélioration de la qualité de vie et la participation des personnes en situation de handicap rare à tous les âges de la vie à travers l’intégration des ressources et l’innovation ;
  • Une meilleure prise en compte de l’entourage dans le partage des savoirs et l’accompagnement ;
  • La construction d’une culture commune de pratiques, d’intervention et d’évaluation entre les différents acteurs sociaux, médico-sociaux et sanitaires, les familles et la personne ;
  • Une définition du handicap rare renouvelée à partir de l’amélioration des connaissances et en lien avec la notion de handicap complexe.

 

Références : Consulter le schéma national sur les handicaps rares sur le site du Ministère des Affaires Sociales, de la Santé, et des Droits des Femmes.

 

Le secteur médico-social

Glossaire

S.A.F.E.P., P.C.H.,  L.S.F., … Le secteur de la surdité et plus largement le secteur médico-social regorgent de nombreux acronymes. Afin d’en faciliter leur compréhension, voici le glossaire des mots d’usage.

 

 

BOUTON en savoir plus


 

Procédure d’orientation

Une orientation vers les établissements et services centralisée par la M.D.P.H.

Seule la Maison Départementale des Personnes Handicapées (M.D.P.H.) est compétente pour se prononcer sur l’orientation d’une personne en situation de handicap vers un établissement et/ou un service médico-social.

Ainsi, l’hébergement ainsi que l’accompagnement de ces personnes au sein des établissements et services médico-sociaux fait l’objet d’une décision de la Commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées (C.D.A.P.H.).

  

 

L’admission au sein d’un établissement et service

Les candidatures sont adressées, soit par un établissement, soit par la personne elle-même, sa famille ou son représentant légal à l’établissement. L’assistante sociale transmet une liste de pièces à fournir pour constituer un dossier administratif.

Après examen du dossier par une commission composée de la Direction, de la psychologue, de l’assistante sociale et d’un membre de l’équipe éducative, un rendez-vous est proposé au candidat, qui peut être accompagné des responsables de l’établissement dont il dépend, de son représentant légal et (ou) de sa famille. Il est reçu par la Direction, l’assistante sociale et la psychologue.

 

Les conditions d’admission au sein de l’APIRJSO :

  • une notification de la M.D.P.H.
  • une volonté du candidat d’intégrer l’établissement/service validée par la signature d’un document de demande d’admission
  • une surdité

 

Une fois l’ensemble des conditions remplies, un courrier est adressé au candidat et/ou à son représentant légal les informant de la décision d’admission. En fonction des places disponibles, il est proposé soit une admission directe, soit une inscription sur liste d’attente.

Notre engagement qualité

Les Texte Fondateurs : réaffirmation des droits des personnes en situation de handicap

 

Loi du 2 janvier 2002 de rénovation de l’action sociale et médicosociale

Cette loi de rénovation de l’action sociale et médicosociale se base sur cinq orientations :

  • Affirmer et promouvoir les droits des usagers ;
  • Diversifier les missions et les offres en adaptant les structures aux besoins ;
  • Articuler la planification, la programmation et l’allocation de ressources ;
  • Instaurer une coordination entre les différents acteurs ;
  • Garantir l’évaluation de la qualité.

 

Dans le cadre de la première orientation, cette loi a pour vocation de garantir le droit des usagers fréquentant les établissements et services sociaux et médico-sociaux, au moyen de la mise en place de sept outils spécifiques :

  • Le livret d’accueil ;
  • La charte des droits et libertés ;
  • Le contrat de séjour ;
  • Un conciliateur ou médiateur ;
  • Le règlement de fonctionnement de l’établissement ;
  • Le projet d’établissement ou de service ;
  • Le conseil de la vie sociale.

 

Références : Consulter la loi du 2 janvier 2002 sur le Site Internet Légifrance.

Loi du 11 février 2005, pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées

 

Cette loi apporte des évolutions fondamentales pour répondre aux attentes des personnes handicapées et tend à changer le regard que la société porte sur le handicap. Elle introduit ainsi, pour la première fois, dans le code de l’action sociale et des familles, une définition du handicap inspirée de la classification internationale du handicap :

« Constitue un handicap, au sens de la présente loi, toute limitation d’activité ou restriction de participation à la vie en société subie dans son environnement par une personne en raison d’une altération substantielle, durable ou définitive d’une ou plusieurs fonctions physiques, sensorielles, mentales, cognitives ou psychiques, d’un polyhandicap ou d’un trouble de santé invalidant. »

 

Pour y parvenir, la politique du handicap met en place cinq dispositifs :

  • Le droit à compensation : couverture des besoins en aide humaine, technique ou animalière au travers de la prestation compensatrice du handicap (P.C.H.) ;
  • La scolarité : tout enfant porteur de handicap a le droit d’être inscrit en milieu ordinaire, dans l’école la plus proche de son domicile ;
  • L’emploi : obligation d’emploi de travailleurs handicapés pour les entreprises de plus de 20 salariés réaffirmée et renforcement les sanctions ;
  • L’accessibilité : définit les moyens de la participation des personnes handicapées à la vie de la cité et crée l’obligation de mise en accessibilité des bâtiments et des transports ;
  • Les Maisons départementales des personnes handicapées : création d’un guichet unique départemental ayant une mission d’accueil, d’information, d’accompagnement, d’attribution des droits et de sensibilisation.

 

Références : Consulter la loi du 11 février 2005 sur le site Internet Légifrance.


 

 

Les R.B.P.P. : Recommandations de Bonnes Pratiques Professionnelles

RBPP Bientraitance

 

L’Agence Nationale de l’Evaluation et de la qualité des établissements et services Sociaux et Médico‐sociaux (A.N.E.S.M.) publie des Recommandations de Bonnes Pratiques Professionnelles qui permettent aux établissements et services médico-sociaux d’assurer l’évaluation continue de leurs activités et de la qualité des prestations qu’ils délivrent, conformément à l’article L 312-8 du C.A.S.F.

 

 

BOUTON en savoir plus

 

Facebooktwitter

devis